Michel Picard

Votre député de


Montarville

Michel Picard

Votre député de


Montarville

Menu

Mise à jour sur la légalisation du cannabis

L’approche actuelle entourant le cannabis ne fonctionne pas. Elle a permis aux criminels et au crime organisé de toucher des profits, sans réussir à tenir le cannabis hors de la portée des jeunes Canadiens. Dans de nombreux cas, il est plus facile pour nos enfants d’acheter du cannabis que des cigarettes. C’est pourquoi ce printemps, notre gouvernement a présenté un projet de loi visant à légaliser et à réglementer de façon stricte le cannabis.

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a annoncé du financement pour l’application de la loi qui appuiera les projets de loi C-45 et C-46 quand ceux-ci recevront la sanction royale, s’élevant jusqu’à 274 millions de dollars visant à appuyer les organismes d’application de la loi et les mesures aux frontières pour détecter et contrer la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue et faire respecter les lois et les règlements proposés sur le cannabis.

Nous avons engagé des fonds s’élevant jusqu’à 161 millions de dollars pour former les agents de première ligne à reconnaître les signes et les symptômes de la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue, renforcer les capacités d’application de la loi à l’échelle du pays, donner accès à des appareils de dépistage des drogues, élaborer des politiques, intensifier la recherche ainsi que sensibiliser le public aux dangers de la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue. Les provinces et les territoires pourront tirer jusqu’à 81 millions de dollars de ces 161 millions de dollars pour les cinq prochaines années.

Nous avons engagé des fonds s’élevant jusqu’à 113,5 millions de dollars en aide financière fédérale au cours des cinq prochaines années qu’il versera à Sécurité publique Canada, à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et à l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) dans le but d’élaborer des politiques, de veiller à ce que le crime organisé n’infiltre pas le système légal et d’empêcher le cannabis de traverser nos frontières.

Nous travaillons étroitement avec nos partenaires afin de veiller à ce que les organismes d’application de la loi soient adéquatement formés, de renforcer la capacité à l’échelle du pays ainsi qu’à nos frontières et d’accroître la sensibilisation en ce qui concerne les dangers de la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue. Nous rendrons nos routes et nos collectivités plus sécuritaires.